fbpx

REALISER UN TERREAU DE FEUILLES MORTES

C’est un amendement léger, humifère et surtout gratuit. Vous aurez aussi la garantie de disposer d’un produit exempt de tout traitement toxique. En novembre, beaucoup de jardiniers se débarrassent de leurs feuilles mortes, sans se soucier des nombreux déplacements au parc à conteneurs et de l’énergie consommée. D’autres achètent en grande surface des terreaux venus de loin et qui sont à l’origine de la destruction de milieux naturels riches en biodiversité, comme les tourbières ! Récupérez donc tout ce qui vous tombe sous la main ou le râteau. Fin, aéré et pauvre en substances nutritives, le terreau de feuilles mortes est un amendement idéal pour les sols compacts ou pour améliorer le substrat de vos jardinières. Il peut également entrer dans la composition de substrats pour les semis et les boutures.


Comment s’y prendre ?

Procédez au ramassage des feuilles mortes un jour sans vent quand elles sont encore humides, sans être toutefois gorgées d’eau. Utilisez un balai-brosse sur les surfaces bétonnées ou un grand râteau à larges dents sur les surfaces enherbées. Pour une grande pelouse, la dernière tonte automnale permettra de collecter des feuilles mortes et de l’herbe coupée. Si un peu de gazon se mélange aux feuilles, rien de grave ! Il apportera de l’azote qui permettra une décomposition plus rapide. Vous pouvez également y ajouter des feuilles d’ortie fraiche pour accélérer le processus.

Quelles feuilles utiliser ? Elles sont toutes utilisables. Mais plus les espèces sont variées, plus le terreau sera de qualité. Veillez donc à ne pas choisir que des feuilles trop coriaces (châtaigner, hêtre, chêne, laurier…), ou issues de plantes malades ou qui contiennent des tanins puissants ou de la résine (feuilles de noyer, aiguilles des résineux…).

Il y a deux manières de procéder :

  • Remplir des sacs de feuilles mortes, y ajouter du compost déjà mur et refermer le sac. Faire plusieurs trous dans le sac pour l’aération. Laisser reposer.
  • Préparer un bac avec 4 piquets et un grillage. Remplir le bac avec des feuilles broyées humides et recouvrir d’une couche de terre ou de terreau de feuilles de l’année précédente afin d’y apporter des micro-organismes. Veiller à maintenir humide. Vous pouvez aussi établir un tas composé de couches de 20 à 30 cm en alternance : une couche de feuilles mortes broyées, puis une couche de terre / terreau, ensuite une couche de feuilles mortes, etc.

Le terreau de feuilles mortes mûrit en un an, mais sa qualité sera supérieure au fur et à mesure que le temps passe.


Utilisation

Les usages sont multiples. Le terreau incomplètement décomposé inhibe la germination des graines, donc vous pourrez l’étaler au pied des plantes déjà développées : fraisiers, légumes, arbustes, petits fruits… Par contre, il devient un excellent fertilisant lorsqu’il est complétement décomposé. Incorporez-le au sol de votre serre, dans les châssis, les substrats de semis, les mélanges de terreau pour potées et balconnières fleuries, ainsi qu’à la culture de vos plantes d’intérieur.

Sources

  • « 36 trucs et astuces au jardin bio », Jacques Dupret, Nature et Progrès, 2013
  • Article « Réaliser son terreau de feuilles mortes… Une idée haute en couleur ! » Par ici

 Auteur : Jeremy Bette, Assistant de projets ‘Nature et Biodiversité’ chez Natagora
Photo: fotografierende|Pexels