Modalités des projets Good Food

Quels sont les objectifs particuliers poursuivis ?

Le volet Good Food d’Inspirons le Quartier a pour but d’encourager les citoyens à mettre en œuvre des projets en matière d’alimentation durable, dans le cadre de  la Stratégie Good Food et de pouvoir les faire « essaimer » au sein de la population bruxelloise.

La Stratégie Good Food a été adoptée par le gouvernement de la Région bruxelloise fin 2015. Elle vise à développer une alimentation saine, de qualité, de proximité, basée sur les circuits courts, et répond à des besoins tant en termes de qualité de vie qu’en termes d’améliorations environnementales et sociales.

Good Food c’est mieux produire : une alimentation locale et de qualité ; des produits sains et respectueux de l’environnement.

Good Food c’est aussi bien manger : une alimentation associée au plaisir et au bien-être ; des produits locaux et accessible à tous ; une assiette équilibrée.

Au niveau environnemental, l’objectif de la transition vise à modifier les modes de consommation de tous vers les principes ci-dessous :

  1. Une promotion de la consommation orientée vers les produits alimentaires sains et moins impactant en termes de ressources et d’émissions de CO2 (critères d’origine/de mode de production/de transformation/d’approvisionnement) ;
  2. La modification du régime alimentaire en réduisant son impact global, et ce en travaillant sur divers aspects : la quantité globale, le rééquilibrage de l’assiette, le type et la qualité de la viande, le choix des poissons, la préférence pour les fruits et les légumes frais, locaux, de saison et de qualité ;
  3. En particulier, une augmentation de la consommation de protéines végétales en parallèle avec la diminution de la consommation de produits riches en protéines animales, en assurant une assiette équilibrée ;
  4. Une réduction du gaspillage alimentaire.

En résumé, les critères prioritaires concrets sont : local et de saison, rééquilibrage entre protéines animales et végétales, moins de gaspillage.

L’appel concerne spécifiquement les objectifs suivants :

  • S’alimenter Good Food : mettez en place un projet collectif pour promouvoir une offre et/ou une consommation alimentaire plus respectueuse de l’environnement. Plus précisément, cela consiste en :
    • Contribuer à une Good Food plus disponible, plus visible, plus accessible à tous ;
    • Contribuer à changer les comportements de consommation alimentaires vers plus de Good Food ;
    • Contribuer à éveiller l’intérêt et la participation des citoyens pour les questions alimentaires et la Good Food ;
    • Contribuer à réduire le gaspillage alimentaire.
  • Et/ou Cultiver la Good Food en ville : démarrez un potager collectif en ville, ou un autre projet de production alimentaire destiné à être ouvert sur le quartier. Plus précisément, cela consiste en :
    • Augmenter la production alimentaire locale et durable ;
    • Encourager la production locale chez les citoyens.

La stratégie Good Food et ses objectifs sont consultables sur le portail Good Food.

Qu’est-ce qu’un projet Good Food ?​

Outre les objectifs généraux de l’appel, un projet Good Food se doit de respecter les critères Good Food (production locale et de saison, privilégier les protéines végétales, réduire le gaspillage alimentaire,…) et rencontrer un ou plusieurs objectifs spécifiques définis dans la section ci-dessus.

La liste des projets repris ci-dessous n’est pas exhaustive mais proposée à titre d’exemple. Des projets avec un caractère innovant peuvent être suggérés pour une analyse au cas par cas. Par contre il s’agit de tenir compte des thématiques exclues (voir points « ce qu’un projet … n’est pas »).

S’alimenter Good Food 

Mettez en place un projet collectif pour promouvoir une offre et/ou une consommation alimentaire plus respectueuse de l’environnement, avec un objectif d’ouverture sur le quartier :

  • Contribuer à une Good Food plus disponible, plus visible, plus accessible à tous
    • Favoriser la transformation des produits Good Food

Tout projet collectif de transformation de produits alimentaires, en respectant les critères Good Food (production locale, de saison, réduire le gaspillage alimentaire,…), par exemple :

  1. Transformation de légumes et fruits locaux en conserves/pesto /confiture/jus de fruits ;
  2. Transformation de plantes aromatiques locales en tisane/épices ;
  3. Transformation de produits laitiers (fromage, yaourt, glaces,…).

NB : Un projet de « transformation » des produits Good Food n’est pas :

  1. Un projet de transformation dont le seul objectif est la satisfaction des besoins alimentaires/financiers du groupe porteur ;
  2. Un projet, par exemple, de fabrication de pesto de basilic non-local et acheté dans la grande distribution.
    • Augmenter les points d’offres durables 

Tout projet collectif qui permette d’orienter l’offre locale vers une offre plus durable, par exemple :

  1. Actions collectives de promotion d’une offre alternative auprès des épiceries, grandes surfaces, écoles afin de modifier l’offre pour avoir des produits plus locaux, de qualité, … ;
  2. Petit marché local/de quartier/de rues.

NB : la consommation collaborative par la création d’un groupe d’achat (GASAP, GAC,…) ne sera pas soutenue dans la mesure où c’est l’objet de l’asbl Réseau des GASAP de développer des Gasap à la demande de groupes locaux.

  • Contribuer à changer les comportements de consommation alimentaires vers plus de Good Food et à susciter l’intérêt et la participation des citoyens
    • Contribuer à changer les comportements de consommation alimentaire

Tout projet collectif qui permette de favoriser une consommation d’une alimentation « Good Food » plus durable, de favoriser des changements de comportements concrets de groupes locaux, par exemple :

  1. Suisines partagées pour en faire un lieu de partage d’expérience et échange de pratiques en matière d’alimentation durable / d’ateliers de cuisine collectives… ;
  2. Dynamique collective (réflexions, échanges de savoirs, engagements, ateliers de cuisine, accompagnés d’un projet concret de changement de comportement individuel et/ou collectif).
    • Contribuer à éveiller l’intérêt et la participation pour le système alimentaire

Tout projet collectif d’implication de la population et/ou des autres acteurs de la zone géographique, autour de l’alimentation durable, par exemple :

  1. Événements/actions de dynamisation locale (foire de rencontres d’acteurs locaux en alimentation, film/débat/engagement collectif d’actions dans le quartier ;
  2. Recherche participative pour des projets innovants.
  • Contribuer à la lutte contre le gaspillage alimentaire

Tout projet collectif pouvant contribuer à réduire le gaspillage alimentaire à la source et/ou de réduire les pertes / invendus alimentaires, par exemple :

  1. Mise en place d’échanges de production (ex : fruits à l’automne) ;
  2. Récupérations d’invendus à une très petite échelle et locale pour distribution lors d’événements de quartiers.

NB : Les projets de récupérations d’invendus entrainant des moyens logistiques trop importants ne seront pas acceptés.

Cultiver la Good Food

Démarrez un potager collectif en ville, ou un autre projet de production alimentaire destiné à être ouvert sur le quartier.

  • Augmenter la production alimentaire locale durable

Ce volet porte sur des projets collectifs de production alimentaire durable. Cultiver une parcelle à plusieurs (en pleine terre ou non) ? Faire pousser des champignons ou des chicons dans une cave du voisinage ? Mettre en place un poulailler de quartier pour produire des œufs bio ? Ce qui est important, c’est qu’il y ait production alimentaire concrète, que la gestion globale du projet soit collective et que le projet soit ouvert sur le quartier, par exemple :

  1. Potagers Collectifs : un potager collectif est un terrain, en pleine terre ou non, partagé par un collectif de citoyens ;
  2. Production collective spécifiquement urbaine hors potager collectif : sur l’ensemble des balcons d’un immeuble, en vertical, en aquaponie collective… ;
  3. Incroyables Comestibles dans les espaces publics : bacs avec des légumes disponible pour les passants (En savoir plus ? incredibleediblebelgium.wordpress.com) ;
  4. Vergers et/ou culture de petits fruitiers ;
  5. Cultures de plantes aromatiques (ex : spirale aromatique, menthe,…) ;
  6. Autres types de productions locales et durables : chicons, champignons,… ;
  7. Élevage de petits animaux : poules et volailles, lapins, …
  • Encourager la production locale chez les citoyens

Les projets visant à encourager la production en ville peuvent comprendre des idées pour rendre son projet de production plus « ouvert sur le quartier », par exemple :

  1. Bourse d’échange aux graines/plantes/récoltes ;
  2. Production de semences/plantes comestibles en vue d’une distribution ;
  3. Proposer une dynamique locale de co-jardinage  https://environnement.brussels/thematiques/alimentation/produire-mes-aliments/ou-produire-en-ville/le-cojardinage ;
  4. Créer une dynamique de partage d’outils de jardinage ;
  5. Lancer des ateliers de partage des savoirs ;
  6. Organisation d’événements autour du lieu de production (chantiers participatifs, portes ouvertes, fête de printemps, …) ;
  7. Organisation d’animations et/ou campagne de sensibilisation ;

NB : Un projet de « production en ville » n’est pas :

  1. Un projet de production dont le seul objectif est la satisfaction des besoins alimentaires/financiers du groupe porteur ;
  2. Un projet dont le soutien financier est destiné uniquement à de l’investissement dans du matériel de production. Une partie du budget devra être allouée à une démarche visant l’ouverture sur le quartier ;
  3. Un projet de production utilisant des produits chimiques ou des OGM.